picto_troubles_psychiatrique

Les troubles psychiatriques

Qu'est-ce qu'un trouble psychiatrique ?

Un trouble psychiatrique (ou trouble psychique ou trouble mental), désigne un ensemble de troubles psychologiques, dont les origines peuvent être très différentes, entraînant des difficultés, des souffrances et des troubles du comportement.

Le trouble psychiatrique regroupe un vaste ensemble de symptômes qui se caractérisent généralement par une combinaison de pensées, d'émotions, de comportements et de rapports avec autrui difficiles et douloureux dans la vie quotidienne :

  • La dépression, les addictions, l'anxiété et les phobies, les troubles de comportement alimentaires, les psychoses (dont la schizophrénie), le trouble bipolaire ou la personnalité borderline sont des exemples de troubles psychiatriques.
  • Le diagnostic est posé par des médecins dont les psychiatres ou médecins spécialistes du trouble psychiatrique, avec de nombreuses méthodes fondées sur des questionnaires ou des observations. La plupart des troubles psychiatriques peuvent être traités par des traitements psychothérapeutiques ou médicamenteux.
  • Les troubles psychiatriques peuvent être causés par de multiples facteurs et toucher tous les sexes et tous les âges. Les facteurs peuvent être psychologiques, génétiques, physiques ou environnementaux. C'est le modèle « bio-psycho-social ».
  • Certains événements tels qu'une séparation, un décès, une enfance difficile, des antécédents familiaux, ou des difficultés économiques représentent des facteurs de risque de trouble psychiatrique.

Qui peut être concerné par un trouble psychiatrique ?

En Europe, une personne sur quatre rencontre un critère de trouble psychiatrique à un moment de sa vie. Les femmes et les jeunes sont plus particulièrement concernés.

Le trouble psychiatrique peut concerner tout le monde, sans distinction de sexe ou d'âge, pendant une certaine période ou de façon permanente.

On note cependant que 75% des troubles psychiatriques débutent avant l'âge de 15 ans. Un site utile pour vous aider à détecter l'arrivée des troubles.

Il existe également des cas particuliers de troubles psychiatriques qui apparaissent à certains moments de la vie, en fonction des périodes de développement, de vieillissement ou de changement hormonal.

On distingue ainsi le trouble psychiatrique :

  • Pendant l'enfance et l'adolescence : alors que l'enfant est en pleine croissance, les symptômes et les troubles psychiatriques sont rarement figés et peuvent encore évoluer. De plus, certains troubles n'apparaissent qu'à cet âge : le trouble autistique, la psychose infantile, les troubles du langage, de l'acquisition scolaire et de la lecture (dyslexie, dyscalculie), les tics, la maladie de Gilles de la Tourette, l'énurésie ou encore l'encoprésie.
  • Pendant la grossesse : les changements hormonaux provoqués par la grossesse peuvent engendrer des troubles psychiatriques liés à cette période particulière pour la femme. Il peut s'agir du baby blues, de la dépression du post-partum ou de la psychose puerpérale.
  • Chez la personne âgée : le vieillissement du cerveau peut engendrer des maladies psychiatriques propres à cet âge, la symptomatologie clinique des pathologies psychiatriques est différente chez la personne âgée.

Comment établir un diagnostic ?

Tout diagnostic doit être réalisé par un professionnel.

Afin d'aider les professionnels à établir un diagnostic, des classifications et des critères sont proposés par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans la Classification Internationale des Maladies (CIM-10), et par l'Association Américaine de Psychiatrie (APA) dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-V).

Ces deux classifications regroupent les mêmes troubles :

  • Les troubles anxieux : l'anxiété généralisée, le trouble panique, la phobie sociale, la phobie spécifique, le TOC (Trouble Obsessionnel Compulsif), le trouble de stress post traumatique, l'hypochondrie, la névrose hystérique.
  • Les troubles de l'humeur : le trouble bipolaire, l'épisode dépressif caractérisé et la dépression saisonnière, accès maniaque.
  • Les troubles psychotiques : la psychose, la schizophrénie, la bouffée délirante aiguë.
  • Les troubles de la personnalité : paranoïde, schizoïde, schizotypique, antisociale (psychopathique), limite (borderline), histrionique, narcissique, évitante, dépendante, obsessionnelle-compulsive.
  • Les troubles du comportement alimentaire : l'anorexie, la boulimie, l'hyperphagie, le pica, la potomanie.
  • Les troubles addictifs liés à la consommation d'alcool, de tabac, de drogues ou le jeu pathologique.

Que faire en cas de troubles psychiatriques ?

La première des choses à faire en cas de symptômes évoquant un trouble psychiatrique, est de consulter son médecin traitant.

Un bilan de santé est nécessaire afin d‘écarter une maladie physique. Ensuite, le médecin traitant peut orienter la personne vers un psychiatre et/ou un psychologue clinicien pour confirmer le diagnostic et proposer un traitement.

Le diagnostic de trouble psychiatrique nécessite parfois du temps afin d'être le plus précis possible. Il permettra alors d'adapter au mieux le traitement.

En fonction des symptômes, le professionnel de santé propose une psychothérapie et/ou un médicament (antidépresseur, anxiolytique, antipsychotique, régulateur de l'humeur). 

Qu'est-ce que la schizophrénie ?

La schizophrénie est une affection psychotique, d’expression très variée. Elle touche 1 % de la population mondiale, soit en France environ 600 000 personnes. Les troubles débutent entre 15 et 25 ans et évoluent sur la vie entière. De nombreuses hypothèses existent sur ses causes, mais son origine reste inconnue. Actuellement les chercheurs pensent que l’addition de facteurs génétiques et de stress psychologiques et environnementaux créerait une vulnérabilité, permettant le développement des troubles. Elle peut avoir un impact important sur l’adaptation sociale et entrainer une grande souffrance chez la personne et ses proches.

La schizophrénie est une pathologie psychiatrique qui peut prendre des formes très variées (on parle des schizophrénies).

Les symptômes de la schizophrénie sont variables. Parmi les principales manifestations de la schizophrénie, dans sa forme typique, on note :

  • syndrome dissociatif : pensée désorganisée (impossibilité de tenir un discours suivi et cohérent, troubles de l’attention, de la concentration et de la compréhension) et comportement désorganisé ;
  • syndrome délirant : idées délirantes (persécution, mégalomanie, croyance en un sens caché de certains phénomènes, etc.) et hallucinations (auditives dans la grande majorité des cas) ;
  • syndrome autistique : émoussement progressif de l’émotivité, de la communication verbale et de la volonté, tendant vers un comportement de plus en plus isolé, inerte et insensible au monde environnant.

La schizophrénie se déclare en général entre 15 et 25 ans. Dans 35 % à 40 % des cas, elle se manifeste par des débuts aigus, avec bouffées délirantes. Le risque de suicide est élevé : selon l’Inserm, 20 % de la mortalité par suicide seraient associés à la schizophrénie. (Source : hôpital.fr)

Qu'est-ce qu'un trouble bipolaire ?

Les troubles bipolaires sévères touchent 1 à 2 % de la population, et trois fois plus dans leurs formes moins graves. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ils comptent parmi les dix maladies les plus coûteuses et invalidantes. Le taux de mortalité des personnes atteintes est 2 à 3 fois plus élevé que celui de la population générale. Le risque suicidaire est important (20 % des patients). Le diagnostic est souvent fait tardivement (8 à 10 ans d’évolution), ce qui aggrave le pronostic. Les troubles peuvent avoir des conséquences importantes sur la vie affective, familiale, professionnelle et sociale.

Le trouble bipolaire est un trouble de l’humeur - autrefois intitulé : "psychose maniaco-dépressive" (PMD). Il se caractérise par une variation anormale de l’humeur : alternance de périodes d’excitation (manie ou hypomanie) et de dépression, voire de mélancolie profonde, entrecoupées de périodes de stabilité. Le terme « bipolaire » évoque les deux pôles manie et dépression, entre lesquels l’humeur oscille.

Qu'est-ce qu'un trouble addictif ?

Les troubles addictifs regroupent : alcoolisme, toxicomanies, tabagisme et addictions comportementales (ex : jeu, internet). Les substances psychoactives à risque de dépendance (alcool, tabac, drogues, etc.), agissent sur le circuit de récompense du cerveau. Ce circuit est impliqué dans le plaisir lié à des comportements, notamment de nutrition et de reproduction de l’espèce. Les substances psychoactives sollicitent anormalement ce circuit naturel et entraînent la possibilité de son déséquilibre permanent. Plus on consomme un produit à des doses toxiques, plus on en subit les conséquences. À l’inverse, moins on consomme un produit, ou si on le consomme à des doses non toxiques, moins on en subit les conséquences.

Qu'est-ce qu'une dépression ?

« La dépression se manifeste par une humeur triste, une perte d’intérêt pour toute activité et une baisse de l’énergie. Les autres symptômes sont une diminution de l’estime de soi et de la confiance en soi, une culpabilité injustifiée, des idées de mort et de suicide, des difficultés à se concentrer, des troubles du sommeil et une perte d’appétit. La dépression peut aussi s’accompagner de symptômes somatiques. », OMS, 2001.

Ces troubles ont des conséquences sur la vie affective, familiale, professionnelle et sociale. À la différence du « coup de blues », ou de la « déprime », dans la dépression l’humeur et le mal-être varient peu d’un jour à l’autre ou selon les événements de vie. En France, la prévalence annuelle des épisodes dépressifs est estimée à 8 % chez les 18-75 ans Les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes. Le risque suicidaire est fortement associé aux troubles dépressifs : 15 à 20 % des personnes dépressives chroniques mettent fin à leurs jours.

Ce site vous permettra d'évaluer les signes d'une dépression.

Comment évaluer un risque suicidaire ?

Le risque suicidaire est associé à une fragilité psychique, qui se manifeste par : anxiété, tristesse, fatigue, irritabilité, troubles du sommeil, sentiment d’échec, l’isolement...La France fait partie des pays européens ayant un des taux de suicides le plus élevé.

Qu'est-ce qu'un trouble du comportement alimentaire ?

L’alimentation est une fonction vitale qui apporte les éléments nutritionnels indispensables à une bonne santé, en quantité et en qualité. Santé physique mais aussi psychologique, affective et sociale. Un équilibre doit être trouvé entre exigences personnelles, culturelles et métaboliques. L’alimentation est aussi une pratique sociale, familiale et culturelle qui permet à la personne de prendre une place dans son environnement.

Ceci explique :

  • la diversité des facteurs à l’origine des Troubles du Comportement Alimentaire (TCA) ;
  • la continuité entre préoccupations alimentaires sans lendemain et troubles pathologiques ;
  • la variété des modes d’expression d’une souffrance psychologique dans des conduites diverses touchant les besoins fondamentaux (alimentation, sommeil…).

Les travaux récents montrent que les TCA pourraient être liés à des processus biologiques ou à une vulnérabilité génétique. C’est pourquoi on tend à les rapprocher des conduites addictives (ex : toxicomanie).

Le nombre de nouveaux cas par an d’anorexie mentale de l’adolescent et du jeune adulte reste stable, mais on constate une augmentation des conduites anorexiques chez l’enfant, parallèlement à des pratiques alimentaires chaotiques et une augmentation préoccupante de l’obésité.

Qu'est-ce qu'un trouble du comportement chez l'enfant ou chez l'adolescent ?

La prévention des troubles du comportement chez l'enfant ou chez l'adolescent repose sur une approche globale de la santé psychique de l’enfant. Elle engage les pédopsychiatres, qui vont se référer à des systèmes de classification pour établir un diagnostic, mais également les professionnels de l’enfance, qui vont détecter l'expression d'une pathologie dans les comportements de l'enfant ou de l'adolescent.