Le Groupe d’Intérêt à la Transversalité : une innovation de la DDS

Créé à l’initiative de Cédric Bachellez, Directeur des soins de l’établissement, le Groupe d’Intérêt à la Transversalité est une innovation ayant pour objectif de favoriser la transversalité entre les professionnels du soin « non cadres », de reconnaître les professionnels et leur créativité, leur art soignant ; de constituer un collectif capable d’intervenir sur des séquences pédagogiques, des audit et EPP, la recherche, la  santé publique etc. Le GIT réunira en effet une cinquantaine de personnes tous les deux mois.

En novembre dernier, les membres du GIT devant Clovis, sculpture de Fred Martin à l'entrée du site de Saint André

AE : Qu’est-ce que la transversalité ? 

Cédric Bachellez : Bonne question ! C’est justement celle que je vais poser cet après-midi pour notre deuxième séance : « c’est quoi pour vous, la transversalité ? ». Les managers connaissent cette dimension mais les acteurs du soin peuvent aussi répondre à cette question et sont ressources sur ce sujet. Je viendrai compléter leurs visions, en raccrochant aux réponses données la vision plus institutionnelle de « parcours de soin ». Cela dans l’objectif de « décloisonner », de partager, de comprendre les enjeux pour le patient, d’identifier des thématiques partagées par les professionnels.

AE : La notion de « parcours de soin » doit donc être décloisonnée au niveau des professionnels du soin ?

CB : Oui et pas seulement en faveur des patients, mais aussi en terme de qualité de vie au travail des soignants. La transversalité permet de donner du sens à notre travail, du lien entre les acteurs.

AE : Qui est membre par le GIT ?

CB : Le GIT concerne des professionnels de santé non cadre qui ont été identifiés par l’encadrement au regard d’un intérêt pour la dynamique institutionnelle parce qu’ils se sont par exemple déjà impliqués au travers des références dans les unités, et des questions de transversalité. Par exemple, la prise en charge médicamenteuse, le raisonnement clinique, l’éthique, la nutrition, la recherche, les EPP, la formation des nouveaux arrivants, sont des thématiques transversales sur lesquelles il est important de partager, d’harmoniser sans forcément uniformiser, il n’est pas question et d’autant plus en psychiatrie, de vouloir faire rentrer dans des cases. Le GIT restera un groupe « souple » et ouvert, avec des interventions libres en fonction des sujets.

AE : Comment se construisent les ordres du jour du GIT ?

CB : Les ordres du jour sont structurés en 3 parties : une présentation de travaux issus de formations et réflexions par des acteurs du GHT ou un cours dispensé par un intervenant puis un échange sur une thématique transversale  et enfin, un point sur les travaux en cours des sous-groupes du GIT. Les membres du GIT bénéficieront d’enseignements, de partages de pratiques, de lectures qui leur permettront de s’acculturer à la transversalité. Des mémoires de diplômes universitaires, des projets, des activités de soins seront présentés. Les membres du GIT représenteront également un collectif d’intervention institutionnelle pour des audits et EPP, l’accompagnement des nouveaux arrivants, etc.

AE : Comment les travaux du GIT vont-ils être restitués à l’établissement ?

CB : Mon souhait est que du GIT émanent des textes, des productions, que nous puissions valoriser sur les Réseaux Sociaux et le site internet ; nous allons pour ce faire animer une page Facebook « La maison des soignants de l’EPSMal », avec le soutien de Romuald Wuilbeaux, cadre supérieur de santé faisant fonction, recruté à la DDS sur les missions transversales de « qualité et gestion des risques associés aux soins – réseau de communication ». Il s’agira de « concevoir, partager et promouvoir ensemble le sens et l’essence de nos soins ».

Par ailleurs nous allons proposer en février et en octobre 2019 deux « séminaires de transversalité » ouverts aux cadres supérieurs de santé, cadres, et membres du GIT. Ils permettront de montrer les avancées des différents groupes et d’avancer ensemble, de se synchroniser.