Bilan quadriennal de l’ETP

Bilan de l’évaluation quadriennale ETP 2103-2017 sur les secteurs G12 G15 et G23

L’évaluation quadriennale permet aux équipes et aux coordonnateurs de prendre des décisions sur les changements et les conditions nécessaires à la poursuite du programme d’ETP. Orientée à la fois sur les résultats attendus de l’ETP ou effets, et sur les évolutions du programme dans son contexte de mise en œuvre, pour être réalisée par l’équipe et le coordonnateur, éventuellement avec une aide extérieure. »

 

Au bout de 4 ans après le début de la mise en œuvre des programmes, nous avons voulu conformément aux recommandations de l’HAS, savoir ce qu’apporte l’ETP tant aux usagers qu’aux soignants.

 Nous avons tenté de le mesurer d’une part, par une analyse subjective en demandant à certains patients leur avis et d’autre part objective par l’analyse du fonctionnement psychologique, social et professionnel ainsi que les types et les durées d’hospitalisation avant et après les séances pédagogiques. 

Les résultats exposés ci-après le sont à partir de données brutes. Ils ne prétendent ni à une exhaustivité ni à des critères de scientificité dans la méthodologie d’analyse des données. Les éléments ont été recueillis reflètent un état des lieux d’une pratique nouvelle à l’EPSM-AL à un moment T+4 ans.

 

Réalisation d’un score l’Evaluation Globale de Fonctionnement au moment du BEP à l’entrée et réévaluation 1 à 3 ans après.

(Evaluation du fonctionnement psychologique, social et professionnel sur un continuum hypothétique allant de la santé mentale à la maladie)

 

Résultat pour 20 patients 

 

 

 

 

Tableau : Evolution de l’EGF avant et après ETP 

Les secteurs G12 G15 et G23 ont participé au bilan (analyse GEF avant/après et entretien semi directif) La moyenne d’âge de la population enquêtée est de 40 ans. On note un gain médian avant/ après ETP de 5 points sur une échelle de 100 (de 60 symptômes d'intensité moyenne) à 65  (quelques symptômes légers).

  

Analyse  des effets de l’ETP chez les bénéficiaires

 

 

Tableau : Nombre, type, fréquence et durée d’hospitalisation (20 mois avant et 20 mois après le début d’un programme ETP).

Nous avons analysé un échantillon de 56 patients : On note une baisse significative d’hospitalisation sous contrainte : 35 avant 21 après ; une légère augmentation des patients en HL ; une augmentation des patients en hôpital de jour : 2 personnes avant 12 après.

  

Paroles de patients

Un échantillon représentatif de 10 patients d’un secteur lillois et d’un secteur roubaisien ont été réunis sous la forme d’un échange « café ».  Un questionnaire leur a été proposé. Il en ressort :

Qu’est-ce que ça vous a apporté par rapport à avant ?

  • Une meilleure compréhension du traitement et de l’observance (6 personnes) ; Rien ( 4 personnes), une certaine stabilité et un enrichissement personnel (3 personnes) ; Amélioration alimentaire(2 personnes), le Leponex ça mieux dans sa tête ; Comprendre la maladie ; Cuisiner. ; fatigue (1 personne)

Est-ce qu’il y a plus de confiance envers les soignants

  • Pour 1 personne : plus de confiance en soi et de concentration. ; accepte le traitement pour être mieux. Je ne comprends toujours pas le traitement ; pour 2 personnes : avec les Docteurs ça dépend ; plus de confiance envers les infirmiers référents, meilleure verbalisation auprès des soignants, toujours pareil, mieux être, il faut que je parle sinon ça empire, sentiment d’être mieux soutenue.

Hygiène de vie après ETP

  • Les patients disent avoir une meilleure compréhension du traitement, se sentir plus stable. Au niveau des auto soins : mieux identifier leurs symptômes, reconnaître les signes de décompensation et disent prendre régulièrement leur traitement. Ils ont plus confiance vis-à-vis des soignants référents. Quant à l’hygiène de vie, on note une stabilisation du poids un sommeil plus régulier surtout en qualité.
     

Effets favorables

  • Au niveau des auto soins, ils disent mieux identifier leurs symptômes, reconnaître les signes de décompensation prendre régulièrement leur traitement. Hygiène  de vie, on note une stabilisation du poids un sommeil plus régulier surtout en qualité

Effets défavorables

  • Manque  de confiance ou confiance persiste tant vis-à-vis des soignants que des médecins. Pas de diminution dans la prise de toxiques (3 patients)

  

 Programme d’éducation thérapeutique du patient  psychotique Chronique

 

Tableau : On peut constater des variations importantes dans le nombre de patients pris en charge, même si le nombre total reste minime par rapport aux patients suivis en ambulatoire

Points forts

  • La création et la mise en œuvre des fiches pédagogiques permet un réel travail pluridisciplinaire.
  • L’organisation : la méthodologie de travail induit et permet  diversification des outils utilisés dans la réalisation des séances (brain storming, vidéo, plaquette mise en pratique en ateliers)
  • Le compte rendu des séances sur dossier patient r informatique permet aux intervenants une cohérence dans le suivi des modules et une meilleure connaissance des patients permettant d’adapter celles-ci
  •  Les bilans annuels ont permis la réalisation/ le réajustement de nouvelles fiches

Points à améliorer

  • Le temps d’appropriation du programme pour les soignants qui commencent à distance du temps de leur formation à l’ETP.Pas plus d’échanges avec les autres professionnels du parcours du patient (médecin traitant, etc.).  Manque d’implication de certains soignants formés ou non et qui nuit au bon fonctionnement de l’ETP.
  • Les changements engendrés par l’ETP dans l’organisation ne sont pas forcément bien pris en compte. (plannings).

DECISION PRISE POUR L'AVENIR DU PROGRAMME

  • Maintien du programme dans son organisation actuelle avec création de nouvelles fiches (estime de soi, sommeil) ; une meilleure information des professionnels formés sur l’actualité de l’ETP ;  s’appuyer sur les référents pour la communication interne et les échanges intersectoriels.
  • Information aux professionnels non formés pour l’orientation des patients. Sensibilisation des médecins pour le recrutement de patients.

 

 

 Programme d’éducation thérapeutique du patient  bipolaire

 

 

Nous avons rencontré de grosses difficultés dans la mise en œuvre de ce programme pour les patients souffrant de troubles bipolaires depuis le début en 2015.

Points forts

  • Pour les patients de l’hôpital de jour Escale : Sur 6 patients pris en charge on compte moitié moins d’hospitalisations (6)   après les séances d’ETP qu’avant. Le retour des patients est plutôt positif en terme de contenu des séances. Les patients sont plus présents et assidu dans leur suivi après les séances d’après les soignants, le contact et la relation de confiance sont meilleures après l’ETP. Le travail en inter-sectorialité permet d’augmenter le nombre de patients concernés sachant que les soignants aimeraient avoir d’autres éléments complémentaires au diagnostic éducatif avant de débuter les séances (participation à d’autres groupes).

Points à améliorer

  • Difficulté de revoir les patients pour une évaluation à distance en entretien car souvent les hospitalisations sont très espacées. L ’organisation et la dispensation en demi-journées reparties sur plusieurs semaines ne satisfaisaient les personnes.  Une déception persiste pour ceux qui sont venus avec l’idée qu’il y aurait plus d’interactions grâce à la réalisation de séance en groupe.

DECISION PRISE POUR L'AVENIR DU PROGRAMME

  • Réaliser l’ensemble des séances sur une semaine d’hospitalisation en hôpital de jour semble être retenue. Sur le pole Roubaisien ils seront accueillis à l’hôpital de jour Escale sur Roubaix. Sur le pôle Lillois dans les locaux de l’hôpital de jour des 4 chemins à Lille.

 

En 2018 le programme dépression  va démarrer sous la forme de semaine en Hospitalisation de jour à l’hôpital de jour Escale, la clinique Jean Varlet.

 

Composition de l’équipe UTEP au moment de l’évaluation quadriennale : Dr Buzon , Dr Wattecamps, Corinne Godefroidt IDE, Stéphanie Vaneecke IDE, Bonnot Sébastien IDE Vaneecke IDE, Cuyle Ludovic IDE Léoszewski Jeannine CS Patrice Deconstanza CSS coordonnateur des programmes sur l’EPSMAL.