Jean-Marie Maillard, Directeur général

Interview réalisé en juillet 2014 pour le Magazine Alter ego n°15

Pourriez-vous résumer votre parcours professionnel ?
J’ai 57 ans et j’exerce dans la fonction publique hospitalière depuis 1977. J’ai commencé par une activité soignante puis d’enseignement et d’encadrement en MCO et en psychiatrie dans des établissements publics en Basse Normandie, cela jusqu’en 1993. Ensuite (pendant près de 10 ans), j’ai eu des fonctions de directeur de soins et directeur des ressources humaines en Savoie et à l’hôpital Lariboisière, à Paris. En 2003, j’ai rejoint le Centre Hospitalier Spécialisé La Chartreuse à Dijon, en qualité de directeur des finances et des relations avec les usagers avant de revenir en 2008 à l’AP-HP en temps que DRH. En 2010, j’ai pris la direction du Centre Hospitalier du Belvédère, établissement spécialisé dans la prise en charge médicochirurgicale de la femme, la mère et l’enfant, situé à Mont Saint Aignan dans l’agglomération de Rouen en Seine Maritime. Par ailleurs, j’ai assuré pendant plusieurs années, au sein de la H.A.S, des visites de certification des établissements de santé publics et privés.

Quels sont les projets qui vous ont le plus marqué dans votre carrière ?
Tous les projets hospitaliers sont intéressants à conduire dès lors qu’ils sont partagés par l’ensemble des équipes de l’établissement. Mais bien évidemment, ce sont les projets d’amélioration de la qualité des soins ou la mise en place de nouvelles activités médicales qui apportent le plus de satisfaction aux équipes hospitalières et aux directions.

Quelles sont les conditions nécessaires à la réussite des projets ?
Dans mes différentes expériences hospitalières, j’ai pu constater la capacité des personnels à se mobiliser autour des projets d’amélioration de la qualité des prises en charges des patients. Je pense aussi qu’il est toujours nécessaire de présenter et d’expliquer les objectifs que nous fixons à notre établissement, de débattre des conditions pour les atteindre, de la plus value attendue mais aussi des efforts à réaliser compte tenu du contexte médico-économique dans lequel évolue aujourd’hui les hôpitaux. 

/sites/default/files/styles/en_tete/public/2018-08/bandeau_pastilles_2.jpg?itok=2HCgBioq